La couche cornée (stratum corneum)

La couche qui se trouve le plus à l’extérieur de l’épiderme, la couche cornée, est un segment dense (pars compacta) composé d’environ 15 à 20 couches de cellules. Les cellules cornées de la peau (cornéocytes) sont reliées entre elles par un petit nombre de desmosomes qui sont des appendices riches en protéines de la membrane cellulaire (« plaques adhésives »).

Fonction de la couche cornée

Le modèle brique et ciment

Les lipides épidermiques se trouvent entre les cellules. Si l’on fait le rapprochement entre les cellules cornées de la peau et des briques, les lipides remplissant l’espace entre les cellules constituent alors le mortier ou le ciment (d’où l’expression « modèle brique et ciment »).

Diagramme schématique de la couche cornée :


Le modèle brique et ciment

1 Cellules cornées (cornéocytes)

2 Lipides épidermiques

Formation et fonction des lipides épidermiques

La composition lipidique et le degré d’hydratation de l’épiderme varient en fonction du stade de différenciation des cellules de la peau. Les lipides sont formés dans l’appareil de Golgi des kératinocytes. Les précurseurs de la barrière lipidique spécifique à la peau sont emmagasinés dans les corps d’Odland, vacuoles recouvertes de membranes, sous la forme de membranes lamellaires à double couche lipidique. Le contenu de ces corps d’Odland se répand ensuite par exocytose dans l’espace extracellulaire où il se transforme en lipides épidermiques. Ces membranes dotées d’une double couche lipidique sont le ciment des cellules cornées et confèrent ainsi à la couche cornée sa stabilité. Ces membranes lipidiques intercellulaires forment en même temps la barrière de perméabilité de la couche cornée dont la fonction est essentielle. En effet, elle régule la teneur en eau et en fluide, fonction cruciale puisque l’élasticité et la fermeté de la couche cornée dépendent de son degré d'hydratation.

 

Diagramme schématique de l’épiderme :

au cours de leur différenciation, les cellules basales se transforment en cellules cornées plates sans noyau.

1 Corps d’Odland avec une membrane à double couche

2 Kératinocyte

3 Exocytose

4 Lipides épidermiques

5 Cellules cornées

 

Composition des lipides épidermiques

Les céramides représentent la majorité des lipides de la couche cornée, soit 40 %. On y trouve aussi des acides gras libres (25 %), du cholestérol (25 %) ainsi que du cholesteryl sulphate. Les principales fonctions des céramides consistent à former la barrière et à fixer les composants aqueux de ce mélange lipidique complexe. D’un point de vue chimique, les céramides sont un groupe de sphingolipides. Ce sont des composés formés d’alcools à poids moléculaire élevé, des sphingosines pour l’essentiel, et de divers acides gras, tel l’acide linoléique.

Barrière de perméabilité

Les lipides épidermiques représentent 10 à 30 % du volume total de la couche cornée (stratum corneum). Cela signifie que leur présence dans la substance intercellulaire est 100 à 200 fois plus volumineuse que dans d’autres tissus. Par conséquent, la couche cornée forme une barrière de perméabilité efficace qui remplit deux fonctions importantes :

 

  • Elle empêche l’invasion de micro-organismes et de certaines substances, tels les substances chimiques et les allergènes.
  • Elle minimise la perte insensible d’eau (PIE) et protège ainsi le corps de la déshydratation. 

 

Si l’on enlève les couches de cellules cornées et avec elles les lipides épidermiques, la peau devient plus perméable à l’eau (PIE) ainsi qu’aux autres substances, y compris les toxines et les allergènes.

 

 

Facteurs naturels d’hydratation ou NMF (Natural Moisturizing Factor)

La capacité de la peau à emmagasiner de l’eau dépend en grande partie de la formation de la barrière lipidique dans la couche cornée. La structure protéique des cellules cornées, notamment la présence de l’acide aminé arginine, influence aussi la capacité de la peau à fixer l’eau. Ces substances, qui apparaissent naturellement dans le corps et fixent l'eau dans la couche cornée, sont appelées facteurs naturels d’hydratation (NMF). Celles-ci sont issues du processus de cornification (différenciation) des kératinocytes (acide pyrrolidone carboxylique, par exemple) ainsi que de la sueur et du sébum (urée, sels et acides organiques, par exemple).

Desquamation et renouvellement de la peau

Plus la couche cornée de la peau se rapproche de la surface, plus elle devient fragile. Les cellules individuelles se séparent les unes des autres (pars disjunctiva), se détachent et tombent discrètement telles des écailles. Ce processus invisible et continu s’appelle la desquamation. Un adulte perd près de 10 grammes de peau morte chaque jour.